«Departure» sous les projecteurs du Festival de Cannes

Andrew Steggall présente Departure à la 70ème édition du Festival de Cannes. Son premier long métrage est un film sensible et touchant. Il sort en salles le 31 mai 2017.

Departure est un film profond, délicat et subtil, du réalisateur britannique Andrew Steggall, et il sera diffusé au Festival de Cannes le vendredi 19 Mai. Departure raconte l’histoire d’une famille anglaise, bourgeoise, alors qu’elle prépare le déménagement de sa maison de vacances, dans le Sud-Ouest de la France.

Liens video :

Andrew Steggall
Le réalisateur britannique Andrew Steggall

Departure : une rencontre bouleversante

Ainsi une mère et son fils unique, âgé de 15 ans, homosexuel, arrivent dans leur maison dans un petit village isolé du Languedoc-Roussillon. Ils sont là afin de vider leur propriété, mise en vente par le père. Ils n’ont qu’une semaine pour tout déménager. C’est une jolie maison dans un petit paradis, cachée dans la verdure, tout près d’un cours d’eau. Mais, entretemps, sur les bords du lac, Elliot fait la connaissance de Clément, un personnage sensuel et mystérieux qu’Elliot invite chez lui.

Néanmoins ce déménagement signifie également d’autres changements. Tels que la fin d’une adolescence et la fin d’un mariage. Ainsi pour le montrer Steggall situe l’histoire dans un magnifique paysage. Au moment même où la lumière et la palette des couleurs de l’automne égayent la nature, avec une pointe de nostalgie. En plus le tout est mis en valeur par une superbe photographie et une très bonne musique. Aussi une excellente qualité de prise de son laisse entendre, clairement, les sonorités de l’eau, ou le passage du vent à travers la forêt, ou encore le froissement d’un papier.

Des personnages touchants

Par rapport aux personnages, Elliot est un jeune bien British, poète, au visage doux, des yeux verts bleutés, élégant et toujours vêtu d’une vieille veste style Beatles. Tandis que Clément, à peine plus âgé, est un beau mec, un peu cassé, sauvage, avec beaucoup de charme. Clément est venu habiter chez sa tante au village, suite au décès de sa mère. Cependant tout se place dans, et autour, de la maison située au milieu d’une nature sublime. Cette nature qui tient elle même la place d’un personnage et suit le film avec la sensualité de ces paysages.

Ce film souligne également le contraste flagrant entre la fougue et la maladresse touchante d’Elliot (Alex Lawther), qui ne vit que pour l’écriture et la poésie. Tout en étant confronté à sa sexualité naissante, face à la personnalité magnétique, sensuelle et brute du jeune français, Clément (Phénix Brossard). Résultat, Clément va exalter la sexualité de Elliot. Mais, en même temps, éveiller celle de Béatrice (Juliet Stevenson). Alors qu’Elliot va réveiller les désirs, enfouis, de Clément.

Steggall-et-deux-comédiens
Andrew Steggall de dos, Phénix Brossard à gauche et Alex Lawther à droite

Pourquoi aller voir Departure

C’est un beau tournage, fluide, composé d’images remarquables. Avec de beaux plans, détaillés, de la resplendissante nature de la Montagne Noire. Mais aussi de beaux plans d’intérieur. Par exemple celui où la lumière rentre par la fenêtre, en passant sur un tableau de nature morte. Ou encore des petits détails lors d’un regard, d’un toucher. Quelquefois le film part sur des scènes un peu théâtrales avec des airs presque Shakespeariens, évoquant le passage du réalisateur au théâtre en tant qu’acteur et metteur en scène.

Andrew Steggall met aussi en exergue le non respect de l’environnement, avec quelques plans de sacs plastiques sur des feuilles d’arbustes. Ou lors des dialogues évoquant que l’eau du lac est devenue sale à cause des déchets de la fabrique de tissus, qui confectionne des épaulettes pour les uniformes des soldats. Ou encore en parlant du barrage du lac qui surplombe la vallée de Cenne-Monnestiès (*).

Departure : un film bien maîtrisé

Enfin voici un premier long-métrage maîtrisé avec succès, plein de charme, tout en poésie, en vue de traiter en douceur des sujets sensibles. Comme celui du difficile passage de l’adolescence à l’âge adulte. Mais aussi celui du passage de la vie d’une femme à une nouvelle phase. Après un mariage qui lui plaisait, alors qu’elle aimait acheter des maisons tandis que son mari préférait les vendre. Sauf que, cette fois-ci, en demandant le divorce, son mari vend celle à laquelle elle était attachée.

Departure, c’est du bon cinéma nourrit d’un scénario écrit par Steggall lui-même. Un film d’une esthétique remarquable par la qualité de ses acteurs et ses jeux scéniques.

Neide Olívia de Souza.

Note :

(*) Cenne-Monestiés est une petite commune du sud de la France, située dans le département de l’ Aude et de la région Languedoc-Roussillon. Elle fait partie de la Communauté de communes « du Lauragais – Montagne Noire ». Ses 324 habitants vivent sur une superficie totale de 8 km2. La grande ville la plus proche est Carcassonne.