O Grande circo místico de Carlos Diegues

O Grande circo místico est un long métrage du célèbre brésilien Carlos Diegues(1). Ce film d’un des chefs de file du Cinéma Novo(2) a été projeté à la 71ª édition du Festival de Cannes en Sélection Officielle, hors compétition.

Jesuíta-Barbosa
Jesuíta Barbosa dans le rôle de Célavi ©O grande circo místico

Ici Carlos Diegues présente O Grande circo místico dans la salle du Soixantième entouré par Thierry Frémaux, directeur général du Festival de Cannes, Renata Almeida Magalhães, son épouse et productrice, et une partie de son équipe.

En outre, ce jour là Carlos Diegues rend hommage à un cinéaste : « Je veux consacrer cette séance à mon ami, maître de ma génération, Nelson Pereira dos Santos ». Thierry Frémaux ajoute « Ce film est dédié à Nelson Pereira dos Santos, qui est mort juste avant Cannes ». En effet le cinéaste du Cinéma Novo est décédé d’un cancer le 21 avril, à l’âge de 89 ans.

Renata-A-Magalhães
Renata A. Magalhães, productrice ©Regardinfos.com
Carlos Diegues, réalisateur, Le Grand cirque mystique. ©Regardinfos.com
Carlos Diegues ©Regardinfos.com

Ensuite Diegues remercie ceux qui ont travaillé avec lui dans Le Grand cirque mystique : « Et en même temps je veux dire merci à tous ceux qui m’ont aidé à faire ce film, qui sont beaucoup. Mais je veux particulièrement remercier la productrice de ce film. Et ça c’est Renata Almeida Magalhães. »

Puis l’acteur Vincent Cassel déclare : « C’est un plaisir et un honneur pour moi d’être dans ce film. Moi je suis un peu une pièce rapportée. Et donc de tourner avec Cacá, pour moi, c’était une manière de vraiment rentrer dans l’histoire du Brésil. De tourner avec toutes ces actrices. Parce que, même si vous ne connaissez pas tous les gens qui sont à l’écran, en fait ils sont tous des stars au Brésil ».

Un casting performant

Ainsi O Grande circo místico met en scène de très bons acteurs. Parmi eux, Jesuíta Barbosa (Célavi, le maître de cérémonie qui ne vieillit pas), Bruna Linzmeyer (Beatriz), Mariana Ximenes (Margarete). Mais aussi Vincent Cassel (Jean-Paul), Antônio Fagundes (dr Frederico Kieps), Marcos Frota (Osvaldão), Catherine Mouchet (l’impératrice vierge), les acrobates et les animaux du cirque Victor Hugo Cardinali.

Inspiré d’une poésie

Mariana-Ximenes
Mariana Ximenes (Margarete) à Cannes ©Regardinfos.com
Vincent-Cassel
Vincent Cassel (Jean-Paul)  lors de la présentation du film à Cannes ©Regardinfos.com

Cette fiction, d’après un poème de Jorge de Lima (1893-1953) lui aussi du nord-est brésilien, a été tournée au Portugal. « Puisqu’au Brésil les animaux sont interdits dans les cirques », raconte Carlos Diegues en ITW à Le Film Français.

La bande sonore de ce 18è film de Cacá Diegues est signée par Edu Lobo et Chico Buarque de Holanda.

Aussi en évoquant Chico Buarque, l’une de ses phrases, des années 70, sur les habitants de ce plus grand pays d’Amérique du Sud, s’applique bien ici : « le Brésilien a été écrit par Gabriel García Márquez et mis en scène par Federico Fellini ». En effet cela correspond bien à cette production fertile par son imaginaire, presque sortie d’un univers fellinien, où le rêve se mélange en beauté à la réalité et se confond au réel.

Résultat, avec ce film plein de beaux effets spéciaux Cacá raconte la vie d’une famille du cirque, au Brésil. Et ce depuis son inauguration, en 1910, à travers cinq générations.

Enfin un long métrage poétique et dur, drôle et magique. Et comme dans le monde des beaux rêves, il est léger comme ces papillons bleus du film.

Le-Grand-cirque-mystique
Chapiteau ©O Grande circo místico

Mais c’est surtout du grand cinéma et une très belle coproduction entre le Brésil, le Portugal et la France qui est diffusé à Cannes. Un bel endroit pour commémorer les 78 ans de Cacá Diegues, le 19 mai. Le jour même de la clôture du Festival.

O Grande circo místico sortira en France le 22 août, et au Brésil le 6 septembre juste un mois avant l’élection présidentielle de 2018.

NOLDS.

Notes :

(1) Carlos Diegues (appelé Cacá, au Brésil, diminutif de Carlos) est un accoutumé du Festival de Cannes. Où trois de ses films ont déjà disputé la Palme d’or. Soit : Um Trem para as Estrêlas (Un train pour les étoiles, 1987), Quilombo (1984) et Bye Bye Brasil (1980).

(2) Le mouvement appelé Cinéma Novo a été fondé dans les années 60 par Nelson Pereira dos Santos, Carlos Diegues, Glauber Rocha.