Sugar land, la Planète sucre en DVD et VOD en France

Sugar land est un documentaire ludique sur le sucre, signé Damon Gameau. Après sa sortie cinéma en janvier 2018, il sort en DVD et VOD le 4 septembre.

Ainsi, avec Sugar land, le réalisateur australien emmène, en 90′, le spectateur dans le monde du sucre. Et de son voyage dans le corps humain. (Résumé en brésilien à la fin de l’article/Resumo em português no fim da matéria).

Planète-pomme-d-amour
Planète en sucre ©Sugar land
Damon-Gameau
Damon Gameau ©Sugar land

Alors Damon Gameau décide d’expérimenter sur lui-même, durant 60 jours, des aliments riches en sucre afin de sentir les changements sur sa santé. Lui, qui jusque là était en excellente forme, malgré les risques, devient l’acteur de son premier long métrage. Mais, bien sûr, dans cette expérience l’Australien est suivi par une équipe médicale qui témoigne tout au long du film.

Un film pédagogique et drôle

Or pour étayer et éclairer sur le potentiel du sucre, Damon Gameau interroge des scientifiques, des nutritionnistes, des biologistes. Et dans une mise en scène amusante il incruste quelques intervenants dans des emballages de produits, ou dans des poste de télévision ou de radio. Alors que d’autres sont interviewés dans leur bureau.

Une-intervenante
Présentation d’une intervenante ©Sugar land

Sugar land et Super size me : des lanceurs d’alerte

Comme, par exemple, ce scientifique qui, sans scrupule, avoue être employé par coca cola et qui assure que « le sucre n’est pas néfaste pour la santé ». En effet son discours ressemble étrangement à celui du lobby du tabac, niant hypocritement ses méfaits sur la santé. Alors que les indépendants confirment les effets négatifs de ces drogues, qui envahissent les organismes humains en toute impunité.

Tout comme la restauration rapide, qui au cinéma a été mis à l’index, en 2004, par Morgan Spurlock avec Super size me, pour sensibiliser contre les conséquences de la malbouffe. Car cet Américain, tout comme l’Australien, s’est attribué lui aussi le rôle du cobaye dans son film. Mais dans son cas en ne mangeant que dans des McDonald’s, et ce durant 30 jours, qui d’ailleurs est aussi plein de sucres cachés. Aussi un article de Slate, paru en 2013, pointe le taux important d’obésité dans les villes où l’enseigne McDo est implantée.

Un film plein d’imagination sur le sucre

Damon-passe-un-scanner
Damon passant le teste du scanner ©Sugar land

Quant au film australien il débute avec un dessinateur qui enchante, tel un magicien. Et ici Damon Gameau met tous ses talents pour comprendre comment le sucre agit dans son propre corps. En l’illustrant par des exemples concrets, des comparaisons et des interventions pertinentes. Au-delà de bonnes images, des effets visuels de pointe, d’une bonne musique.

C’est ainsi que Damon explique les effets du sucre sur le cerveau, qui changent ses émotions et ses sensations. Par exemple, lorsqu’il augmente son apport en sucre il commence, dans un cercle vicieux, à en avoir toujours plus envie. En effet cette substance influence le cerveau et ne rassasie pas. La réaction de son cerveau est constatée par les résultats d’un scanner effectué alors que Damon boit un milk-shake.

Un régime « light » drastique

En même temps que Damon s’inflige le sucre, son épouse et actrice Zoe Tuckwell-Smith est enceinte. Tandis qu’elle ne mange que des d’aliments faits à la maison, lui il s’empiffre jusqu’à la nausée de l’équivalent de 40 cuillères à café de sucre par jour (1c à café = 4g). Dans ce régime il se restreint exclusivement au sucre présent dans l’alimentation industrialisée et commercialisée comme « saine et équilibrée ». Ainsi pendant ces deux mois il ne consomme que des aliments à faible teneur en matière grasse. Comme barres de muesli, céréales, yaourts, plats cuisinés light, smoothies, jus de fruits(1), boissons sportives. Et jamais soda(2), chocolat, glace ou confiseries. Résultat : en deux mois il a autant de ventre que son épouse, habitée par un bébé en pleine croissance intra-utérine.

Produits-industrialisés
Quelques produits industrialisés ©Sugar land

Sucre et graisses végéales : des calories bien différentes

Par ailleurs, dans ce régime, Damon s’astreint à consommer absolument autant de calories qu’auparavant. Sauf que les 2.300 calories prises précédemment étaient celles des graisses (avocats, noix diverses) qui contrairement à celles du sucre ne le faisaient pas grossir. En clair : « Un apport égal de calories de sucres et de graisses n’a pas le même rôle, ni le même impact, sur l’organisme », confirme-t-il.

Avec des images d’archives des années 70 ce film rappelle, dans ses séquences historiques, comment le gras a été diabolisé par la propagande. Et depuis l’astucieuse, perverse et vénale, industrie agro-alimentaire met en vente des produits moins gras. En revanche elle en profite, au-delà de gagner au passage quelques grammes sur le poids des matières premières, pour ajouter du sucre, sirops de glucose, fructose, dans presque tous ses aliments pour rendre le goût plus agréable. Cela pouvant aller de la soupe de légumes aux yaourts, en passant par les pizzas ou les cacahuètes.

Kathleen-Desmaisons
Kathleen Desmaisons, Ph.D., présidente de Radiant Recovery ©Sugar land

Un bilan de santé grave et un cerveau piégé

De plus les calories du sucre rendent le foie gras(3), d’où moult maladies. « Les résultats de mon expérience, raconte Damon, ont été très dérangeants. D’autant plus que je me suis nourri avec une alimentation considérée comme saine. Mais, en trois semaines, j’ai développé une stéatose hépatique. Et à la fin du régime j’avais : un pré-diabète, des risques cardio-vasculaires, 11 cm de tour de taille supplémentaires, des troubles de comportement. »

Damon-Gameau
Gameau avant et après son expérience ©Sugar land

Un glucide pervers

Le sucre est un exhausteur de goût au-delà d’être un conservateur. En outre le sucre se colore et devient caramel à plus de 170°C, et à partir de 160°C il devient amer. Mais c’est aussi un énergisant, en forme de boisson très sucrée.

Néanmoins de manière étonnante l’industrie sucrière est exonérée par les grands décideurs, tout comme celle du tabac. Instrumentalisées par des gens qui ne pensent qu’à leur profit et qui, sans aucun état d’âme, n’ont rien à faire des humains. C’est ainsi que la consommation du sucre dans le monde a pu augmenter de 46% dans les 30 dernières années appuyée par les agissements des industriels, des politiques et des scientifiques, sans éthique et vénaux. Enfin, en mars 2015, l’OMS (Organisation mondiale de la santé) s’inquiète dans un communiqué, appelant tous les pays à réduire l’apport en sucres des populations.

Halte à la nourriture industrialisée

Selon Damon son filme vise à sensibiliser davantage sur ce glucide, qui se retrouve actuellement caché dans environ 80% des aliments transformés et vendus dans le marché. Conscient ce jeune papa sait que pour être libre de choisir, il faut être informé, mais aussi savoir décrypter les étiquettes.

Pierre Rabhi, agriculteur biologiste et auteur
Pierre Rabhi, agriculteur biologiste et auteur

Pierre Rabhi contre la malbouffe

Par son combat Damon incite le spectateur à être moins dépendant des industriels. Tout comme l’assure Pierre Rabhi dans un portrait du 13h15, France 2 (7/10/2017). Pour lui « Les multinationales ont le pouvoir parce que les gens achètent leurs produits. Et [pour les combattre] il faut que les citoyens se réapproprient leur capacité de survie ». « Cultiver son jardin, ajoute-t-il, est un acte politique et de légitime résistance à des systèmes qui confisquent toute les possibilités au citoyen de survivre par lui-même, pour le rendre entièrement dépendant. »

Une bonne nourriture est le meilleur médicament

Aussi concocter soi-même de bons plats cuisinés est bien plus appétissant. Sans dire que ce sont des vrais médicaments sans effets secondaires. Mais il faut manger un peu de tous les produits. À condition bien sûr qu’ils soient frais, naturels, et surtout sans pesticides. C’est plus économique et est plus écologique, puisque ça génère moins de déchets.

David-Wolfe
David Wolfe, Auteur et Mandataire de Raw Foods and Superfoods Inawinytji Williamson,
OAM  ©Sugar land

Sugar land à voir sans hésiter

Enfin Sugar land est un excellent film en forme de documentaire qui finit dans une comédie musicale très sucrée, mais surtout anti sucre. Mais c’est aussi un film éducatif à être vu en famille, ou entre copains, ou à l’école. Car Sugar land est surtout un film courageux, généreux, et sérieux. Et, en même temps, ludique et amusant. Avec des couleurs saturées, des effets spéciaux et un montage bien réussis.

Sugar land est une belle expérience de Damon Gameau. Afin d’aider à freiner le fléau de la surcharge pondérale qui envahit et effraye la Planète, ainsi que la Sécurité sociale !

NOLDS.

P. S. : En brésilien, resumo em português do Brasil

Sugar land, Planeta doce, é um documentário do australiano Damon Gameau sobre os efeitos nefastos do açúcar para saúde. O diretor também atua no filme com a espôsa e atriz Zoe Tuckwell-Smith, que está grávida. Assim, nessa experiência, Damon come, durante dois mêses, só produtos de supermercado. Produtos industrializados mas que são ditos « bons para a saúde ». Resultado: em 60 dias Damon ganha 8,5 kilos e várias doenças. Ele explica que, rápidamente, somente : « em três semanas, eu desenvolvi uma hepatite. E no fim do regime eu estava com um pre-diabete, riscos cardio-vasculares, 11 cm de cintura suplementares, distúrbios do comportamento ».

O Australiano realizou, nesse primeiro longa metragem, um filme corajoso, pedagógico, lúdico, muito engraçado. Sugar land deveria ser visto em família, entre amigos, na escola. Para sensibilizar sobre o problema da obesidade, causada pelo açúcar escondido nos produtos alimentares e sobre as suas conseqüências. Uma preocupação que  já foi também apontada pela OMS (Organisation mondiale de la santé) em 2015.

Notes :

(1) Un verre de jus de pommes en sucre = 4 pommes. Alors qu’au maximum 2 pommes suffisent à rassasier une envie.

Nash
Livre sur la maladie du foie gras

(2) Une canette de soda = 40 grammes ou 10 cuillères à café. La consommation d’une seule canette de soda par jour augmente de 22% les risques de développer du diabète, des cirrhoses et des cancers hépatiques. « Le sucre sous forme liquide est plus délétère », note « Le Canard enchaîné », le 8/8/2018, soulignant que « chaque Français consomme 22 litres de sodas par an ». La « maladie du soda » est le surnom du syndrome du foie gras.

Ou encore « Nash : la maladie de la malbouffe ». Comme titre son livre, édité chez Flammarion, le docteur Dominique Lannes qui connaît bien ce sujet. Et l’hépato-gastro-entérologue confirme que « Cette maladie, Nash : stéatohépatite non-alcoolique, asymptomatique, désagrège lentement et insidieusement le foie. C’est une forme d’hépatite en l’absence de virus, directement liée à l’alimentation ».

(3) Un foie gras peut se développer en, seulement, deux ou trois semaines. C’est une inflammation causée surtout par un excès de sucre, avec lequel le foie engraisse mal. Cette maladie associe une accumulation de graisse dans le foie, une  inflammation et une dégénérescence des cellules hépatiques. C’est la deuxième cause de greffe du foie, juste derrière l’alcool.